Comment gérer une urgence gynéco en vacances ?
Comment gérer une urgence gynéco en vacances ?
07 Août

Ça y est, vous y êtes ! Adieu télétravail, école à domicile et angoisse du coronavirus : les vacances tant attendues vous tendent les bras. En camping de bord de mer avec votre tribu, en villégiature « piscine-rosé » avec les copines ou en rando vélo avec votre meilleur pote, ce serait dommage de gâcher votre parenthèse enchantée à cause d’une mycose vaginale. Comment gérer une urgence gynéco en vacances ? My S Life fait le tour des possibles soucis gynéco et des solutions pour y remédier, loin de votre médecin préféré.

Les IST : mieux vaut prévenir

Que seraient les vacances sans son « aventure d’un soir » ? Il était super craquant au bar de l’hôtel et quelques mojitos plus tard vous voilà dans ses bras. On l’a lu/entendu mille fois, on sait qu’il faut le faire, mais « on n’a pas pris de capotes ! » (et allez trouver une boîte de préso à 3 du mat’ à Royan). Glissez en quelques-uns dans votre trousse de toilette avant de partir pour vous éviter des réveils anxieux où les mots « VIH », « chlamydia » et « gonocoque » tournent en boucle dans votre tête.

Et surtout en cas de rapport non protégé ou de préservatif qui craque :

  • Votre partenaire est régulier et fidèle et a fait un test récent pour les infections sexuellement transmissibles dont le VIH. Dans ce cas, il n’y a pas de risque de contamination.
  • Par contre, si vous ne connaissais pas le statut de votre partenaire vis à vis de ces maladies ou au moindre doute, il faut prendre le traitement d’urgence contre le VIH (TPE). Il faut donc se rendre aux urgences, le plus rapidement possible (dans les 48h) et le médecin évaluera les risques de contamination et vous prescrira le traitement d’urgence.

Et bien sûr, si vous n’aviez pas de moyen de contraception (pilule, stérilet, patch…) , il faut prendre au plus vite une contraception d’urgence.

Comment gérer une urgence gynéco en vacances ?
Comment gérer une urgence gynéco en vacances ?

La pilule : j’ai oublié ma pilule !

Vous avez pensé à tout : optimiser votre valise, vérifier le gaz avant de partir, sélectionner soigneusement vos livres, prendre les médicaments du petit dernier, mais pas à emporter votre pilule ! Pratique en pleine rando sur le GR 20 ! Pas de panique : avant de partir crapahuter dans la montagne corse, vous pouvez toujours appeler votre médecin traitant qui enverra la prescription directement à une pharmacie, par mail ou fax. Si votre ordonnance est expirée mais qu’elle a moins d’un an, un pharmacien peut vous délivrer une contraception encore six mois après la date d’expiration. Bon à savoir : un infirmier peut renouveler une prescription de pilule contraceptive dans les mêmes conditions (ordonnance de moins d’un an et pour six mois maximum).

Si vous avez prévu des vacances sportives ou que vous n’avez tout simplement pas envie d’avoir vos règles au bord de la plage, il est possible de prendre votre pilule en continu sans risque. Seul désagrément : un éventuel spotting (des saignements sans gravité) au bout de la deuxième ou troisième semaine.

Les mycoses : le classique du maillot mouillé

Il est le grand malmené des séjours en bord de mer. On macère dedans en rentrant de la plage, on le jette dans un coin avant la douche, on oublie de le laver… Et bonjour les démangeaisons ! Alors qu’un simple lavage au savon de Marseille et un séchage complet suffit. Même si elles sont bénignes et que les traitements locaux sont disponibles en pharmacie sans prescription, les mycoses peuvent ruiner vos vacances. Alors mieux vaut faire attention à ne pas s’asseoir au bord de la piscine (là ou tout le monde marche pieds nus) et à mettre une serviette sur le transat ou des dizaines de personnes se sont affalées au soleil avant vous.

La cystite

Une infection urinaire comme la cystite, qui survient plus fréquemment en cas de chaleur, n’est pas exactement une infection gynécologique mais elle peut gâcher vos relations sexuelles. Pour la prévenir, on boit beaucoup, on urine avant et après une relation sexuelle pour éliminer les éventuels germes, on évite les aliments qui peuvent irriter la vessie (comme les épices et le vin blanc) et on fait sa toilette intime d’avant en arrière pour ne pas rapprocher les pertes vaginales de l’urètre. Bref, rien de plus rien de moins qu’en période « normale » à ceci près que les traitements contre la cystite ne sont délivrés que sur ordonnance. En cas d’infection et si vous êtes sujettes aux problèmes urinaires, il vous faut donc trouver un médecin. Vous pouvez demander au vôtre de vous prescrire à l’avance un traitement monodose que vous glisserez dans votre trousse de toilette.

Bien sûr, en cas d’urgence (pertes, saignements inhabituels…), vous pouvez toujours trouver un médecin sur votre lieu de villégiature ou vous rendre aux urgences, mais à moins d’une tuile et si vous avez bien anticipé d’éventuels soucis, il ne devrait pas y en avoir !

Echanger avec notre communauté

Une application sécurisée pour échanger sur son expérience avec d'autres femmes

Faites partie de
l’aventure My S Life

Pour recevoir de nos nouvelles, les derniers articles liées à la santé sexuelle ou en savoir plus sur les ateliers TupperSex, entrez votre email.