L’endométriose s’explique par la présence du tissu qui tapisse l’intérieur de l’utérus à des endroits où il ne devrait pas se trouver. Sous l’influence des hormones, ce tissu saigne (comme pour les règles) puis ces saignements s’organisent et fabriquent des adhérences aux mauvais endroits.

Pour établir le diagnostic, surtout si les îlots de tissu sont petits, il faut faire appel à des équipes expérimentées ayant l’habitude de repérer ce type de lésions. Plusieurs techniques peuvent être employées :

  • l’échographie abdominale et pelvienne, mais c’est une technique peu fiable ;
  • l’IRM, qui peut montrer des lésions lorsqu’elles sont suffisamment importantes ;
  • l’hystérographie (visualisation de l’utérus et des trompes par rayon X et grâce à un produit de contraste), mais elle doit plutôt être gardée pour le bilan d’infertilité ;
  • l’échographie rectale ;
  • la cœlioscopie (introduction d’un petit tube dans l’abdomen par une petite incision) sous anesthésie générale mais elle doit être réservée au geste associé au traitement chirurgical.

Le diagnostic se fait par déduction et n’est jamais identifié de manière définitive. L’endométriose peut donc revêtir plusieurs aspects et le diagnostic n’est pas toujours facile à poser. Les douleurs rythmées par les règles mais aussi les autres manifestations doivent y faire penser. Parler des rapports douloureux est important. Mais l’endométriose peut être aussi non douloureuse et c’est le désir d’enfant qui ne se concrétise pas qui fera chercher ce diagnostic

Comment savoir si j’ai une endométriose ?
Comment savoir si j’ai une endométriose ?

2 Commentaires

  • Endométriose - Dépister et soigner : à qui s'adresser? - My S Life

    […] Les signes de l’endométrioses sont multiples : douleurs au rapports, problèmes intestinaux et urinaires qui sont reliés au cycle et exacerbés par les règles. Ces symptômes doivent faire penser à une endométriose. La douleur ne doit pas être ignorer et il faut absolument en parler. L’interrogatoire de la patiente par le médecin, gynécologue ou généraliste oriente le diagnostic : douleurs pendant les règles, pendant les rapports sexuels, troubles digestifs, urinaires, saignements anarchiques, douleurs à la marche … Cet interrogatoire amènera le médecin à prescrire différents examens. […]

  • Est-ce que je peux enchaîner 2 plaquettes de pilule ? - My S Life

    […] plaquettes de pilules. C’est d’ailleurs ce que font celles d’entre nous qui sont atteintes d’endométriose afin d’éviter les douleurs liées aux […]

Commenter